Les articulations entre la mâchoire inférieure et le crâne (ATM) appartiennent à l’appareil musculo-squelettique. De par sa situation appendue au crâne, la mandibule est stabilisée essentiellement par les actions de puissants muscles masticateurs.

De ce fait, les douleurs musculaires des ATM sont très fréquentes et sont favorisées par des habitudes para-fonctionnelles délétères (grincement des dents, rongement des ongles, machônnement du stylo, mastication prolongée de chewing-gum, ...). Elles témoignent souvent d'un état de tension nerveuse, de stress, d'anxiété ou de dépression. Cet état psychologique doit être mis en évidence et son traitement est une priorité pour qui souhaite se débarrasser durablement des douleurs de la mâchoire. 

Parfois, c'est l'articulation temporo-mandibulaire ou plutôt les éléments capsulo-disco-ligamentaires qui sont douloureux. La mâchoire peut claquer à l'ouverture et/ou la fermeture de la bouche, témoignant d'une subluxation réductible du ménisque articulaire. Lorsque cette subluxation devient irréductible, le patient souffre dans un premier temps d'une limitation importante de l'amplitude d'ouverture de la mâchoire, ce qui occasionne des difficultés et des douleurs lors des repas ou lors du baillement, par exemple. 

Les douleurs temporo-mandibulaires chroniques s'associent souvent à des douleurs et des spasmes des muscles cervicaux. Le nerf trijumeau, innervant l'ATM et ses muscles, partage en effet des fibres nerveuses avec les premiers nerfs cervicaux.

La littérature scientifique (UK Evidence Report 2010) est favorable à la thérapie manuelle pour soulager les douleurs de la mâchoire. Elle est appliquée sur les muscles de la mâchoire et sur la colonne cervicale supérieure. 

Les troubles temporo-mandibulaires sont très souvent anciens et leur traitement passe par une implication active du patient dans la démarche. Outre la gestion de son stress et le repérage des mauvaises habitudes, il pourra réaliser des exercices simples d'étirement, de relâchement musculaire ou encore de réappropiation de séquences motrices correctes d'ouverture-fermeture de la mâchoire.

 

Le suivi des enfants et des jeunes adolescents bénéficiant de travaux d’orthodontie est également possible afin de limiter les maux de tête et les cervicalgies pendant le port de l’appareil (disjoncteur de palais, bagues, …).