En tant qu'ostéopathe, je suis spécialisé dans la prise en charge des troubles fonctionnels:

         - Musculo-squelettiques (TMS) : lumbago, torticolis, entorse, tendinopathies, lombalgie et cervicalgie chroniques

 

          - Digestifs ( critères de ROME) : sd du côlon irritable, ballonnements, reflux, nausées, constipation, diarrhées

              - Oro-faciaux : rhino-sinusite ou otite chronique, douleur de la mâchoire

Un trouble fonctionnel désigne une douleur locale et/ou projetée entrainant une perturbation d'une fonction physiologique :

- Limitation de l'amplitude d'un geste, difficulté à se redresser en position debout, à marcher ;  

-Digestion difficile avec ralentissement ou accélération du transit, ballonnement, reflux, ...

-Nez ou oreille "bouché(e)", mastication difficile ... 

Il n'y a jamais de corrélation radio-clinique, c'est-à-dire que votre douleur peut être très forte et pourtant aucune cause organique n'est retrouvée lors des examens d'imagerie (radiographies, scanner, IRM, fibro- ou coloscopie).

C'est d'ailleurs le critère principal qui différencie un trouble fonctionnel d'un trouble organique, ce dernier nécessitant une prise en charge médicale adaptée. Une grande part des états douloureux motivant un arrêt des activités quotidiennes, professionnelles et sportives, sont en fait des troubles fonctionnels, c'est-à-dire n'étant pas directement dus à une lésion tissulaire. Par exemple, bon nombre de sciatiques ne sont pas liées à une atteinte nerveuse ou à une hernie discale...

Attention, un trouble fonctionnel peut être présent alors même que vous souffrez d’une pathologie organique touchant vos articulations (rhumatisme inflammatoire, hernie discale, …), votre système nerveux (sclérose en plaque par ex), ou encore vos viscères (ulcère gastrique, colite hémorragique).

Il appartient à l'ostéopathe d’opérer un triage diagnostic et de définir son champ d’application.

     Les pathologies organiques inflammatoires quelle que soit leur origine (auto-immune, infectieuse, tumorale, …) ; les pathologies post-traumatiques avec instabilité articulaire (entorse grave, luxation) ou retentissement vasculaire ( hémorragie, ischémie); les déficits neurologiques graves.

La prise en charge sera différente en fonction que vous souffrez depuis peu ou depuis plusieurs mois ou années. En effet, les répercussions sur votre corps et votre mental seront différentes, ce qui nécessite une approche adaptée :

- Les douleurs aigues,  entrainent un enraidissement musculaire plus ou moins fort mais les conséquences sur votre mental sont en général limitées. Le panel de techniques manuelles permet de gérer cet état d'hypertonie réflexe en diminuant l'intensité de vos douleurs.

 

- Les douleurs chroniques entrainent fréquemment une sensibilisation centrale, c'est-à-dire que votre cerveau est plus prompt à ressentir de la douleur, plus souvent et pour des stimulations qui normalement ne provoquent pas de sensation douloureuses. Il faut donc "reprogrammer"  son cerveau par des activités physiques adaptées et en dédramatisant la situation. La prise en charge passe par une éducation thérapeutique et le repérage des facteurs de risque, c'est-à-dire de caractéristiques intrinsèques physiques ou mentales ou extrinsèques (environnementales) qui sont susceptibles de favoriser l'état pathologique.