Les maux de tête peuvent accompagner des douleurs cervicales et nécessitent dans ce cas d’être caractérisés afin d’y apporter des solutions symptomatiques.

De nombreuses céphalées aigues témoignent d’une atteinte neurologique ou infectieuse. L’examen clinique sera donc rigoureux afin de ne pas retarder une prise en charge médicale urgente.

En l’absence de signes de gravité (drapeaux rouges), la céphalée doit être considérée comme un symptôme et non une maladie. Dans ce cas, des actes thérapeutiques manuels, visant à diminuer l’intensité de ce symptôme, peuvent être réalisés. Ils comportent souvent moins de risque et d’effets secondaires que certains traitements allopathiques (anti-inflammatoires, antalgiques de grade 2).

Les migraines chroniques sont d’origine multifactorielle et peuvent être soulagées temporairement par des manipulations cervicales (en l’absence de contre-indication et si possible après bilan radiologique).