• Douleurs de la colonne vertébrale : lombalgie, dorsalgie, cervicalgie, lumbago, torticolis.
  • Douleurs des membres : tendinopathies, contractures musculaires, triggers, entorse bénigne, ...
  • Douleurs projetées : pseudo-sciatiques, -cruralgies ou -névralgies cervico-brachiales
  • Maux de tête et vertiges cervicogéniques
  • Douleurs à la mâchoire
  • Douleurs de la femme enceinte 
  • Torticolis musculaire du nouveau-né, régurgitations, coliques, ...
  • Constipation, diarrhées, ballonnements, reflux
  • rhinite, sinusite ou otite chronique.

 

 

 

 

 

 

 


Prise en charge des Troubles fonctionnels Musculo-Squelettiques (TMS)

Les TMS pris en charge sont inscrits dans les tableaux des maladies professionnelles ( http://www.inrs-mp.fr )

Le traitement symptomatique des TMS aigus nécessite l'emploi de techniques à visée antalgique dont font partie les manipulations articulaires.

Lorsque la balance bénéfice/risque ne permet pas de manipuler, d'autres techniques sont employées telles que des mobilisations articulaires, des techniques de décordage, de pression-inhibition, ....

Bien qu'impressionnantes par le "crac" audible, les manipulations articulaires, pratiquées par un professionnel, sont statistiquement bien moins dangereuses que de prendre un médicament anti-inflammatoire. Elles ont une efficacité souvent spectaculaire sur vos douleurs si bien qu'elles permettent une reprise précoce de vos activités.

Lors de leurs réalisations, un léger inconfort est parfois ressenti mais vos douleurs ne seront jamais reproduites ou majorées. Dans pareil cas, la technique serait immédiatement stoppée.

Les états douloureux récidivants (subaigus ou chroniques) nécessitent une approche bio-psycho-sociale dans laquelle peuvent être réalisés les actes suivants :

- Une information et une éducation du patient visant à lui faire comprendre que ses douleurs ne sont pas dues à "un blocage de vertèbres", un "nerf déplacé" ou une asymétrie posturale ...; que son corps est capable de s'adapter au vieillissement ou au traumatisme ancien; que son cerveau est à l'origine de la production de la sensation de douleur mais qu'heureusement, il est aussi capable de plasticité et de résilience. 

- Une recherche méthodique des facteurs de risque musculo-squelettiques, la proposition d'exercices thérapeutiques adaptés et éventuellement une orientation vers un autre professionnel de santé.

- Des actes thérapeutiques manuels afin de provoquer un état de soulagement propice à l'intégration des informations données et la reprise d'une activité physique. 

La même approche est très efficace dans le suivi des sportifs en phase préparatoire pour prévenir les blessures lors de l’entrainement et améliorer les performances par le repérage de leurs « points faibles ».

Un suivi sur le long terme et une prise de conscience de vos possibilités et de vos limites face à vos douleurs sont les clés de la réussite dans le traitement des pathologies chroniques.

 

Les troubles fonctionnels digestifs

De nombreux facteurs intrinsèques (stress, relâchement abdominal, séquelles chirurgicales…) et extrinsèques (habitudes alimentaires ++, hydratation, …) peuvent influer sur le transit intestinal et favoriser douleurs abdominales, ballonnements, constipation, diarrhée, reflux, … Le comportement moteur du tube digestif peut être amélioré par des séances d’ostéopathie associées au respect de règles hygiéno-diététiques (Étude clinique menée au CHU de Nice en 2012) avec pour effet une amélioration des temps de transit et donc une diminution de l’inconfort digestif associé). Là aussi, les facteurs psycho-sociaux seront à prendre en compte et à discuter avec le patient.
    

Les troubles fonctionnels du nourrisson

La prise en charge du torticolis du nourrisson de moins de 6 mois et de la déformation du crâne souvent associée, rentre dans mon champ de compétence lorsqu’il n’y a pas de contre-indication établie par votre médecin. Elle est réalisée de manière autonome lorsque la cause est de nature positionnelle exclusivement ou en lien avec le médecin et le kinésithérapeute si des facteurs de risque sont connus (raccourcissement musculaire, déformation présentes dès la naissance, troubles psychomoteurs). Des troubles peuvent être associés comme les coliques, les régurgitations, les difficultés d’émission des selles, un état de tension nerveuse avec pleurs incessants, …